NL      FR      EN Musée     Enfants     Réservations     Histoire de la frite     A l'école
Frite & Co     Recettes     Friture sous la loupe     Projets
 
Accueil
Heures d'ouverture
    Prix
Plan d'accès
Visites en groupe
Presse & Média
Liens
Contact

Nouveautés
Pays

  Frietmuseum on Facebook
 
 

Frite & Co

Les expressions sur la frite Les artistes de la frite

Les expressions sur la frite

Pommes de terre - patate

  • C'est une patate : c'est un idiot, un personnage peu intéressant
  • Avoir un nez comme une patate : avoir un gros nez
  • En avoir gros sur la patate : avoir du chagrin
  • Etre dans la purée : avoir des problèmes
  • C'est un sac à patate : c'est une personne niaise
  • Avoir la patate : être en grande forme
  • Mettre une patate : donner un coup de poing
  • Se renvoyer la patate chaude : se renvoyer l'un à l'autre un problème embarrassant

Frite

  • Avoir la frite : être en grande forme
  • Se friter : avoir une altercation
  • Danser comme une frite : danser sans rythme, droit comme un "i"
  • Ne pas avoir toutes ses frites dans le même sachet : être simplet
  • Il est frit : il est vu, c'est trop tard

Les artistes de la frite

Hugo Ansems Nicole Gijsels Eric Legrain Gilles Houben

Hugo Ansems

Hugo 70

Un grand saut en arrière.

Pour en savoir un peu plus sur ma jeunesse artistique, il est bon de reculer l’horloge jusqu’où mes souvenirs me le permettent. Chaque enfant a fait quelques dessins ou gribouillis ou s’est mis plein de choco.

De mes 10 à mes 14 ans, j’habitais le Begijnenvest.

J’y dessinais sur des feuilles quadrillées des représentations cubistes. Hélas, elles ont toutes disparues. C’étaient surtout des représentations d’assiettes, tasses, cuillères et couteaux. Je les montrais à mon instituteur afin d’adoucir un peu mon cafouillage lors du cours de travail du bois.

La lettre de nouvel an de 1955 est une œuvre précoce.

Hugo Ansems

Dans les cahiers de l’époque et en particulier ceux d’histoire, les textes étaient encore écrits à la main, mais les nombreux dessins autour des textes, étaient une preuve de mon ardeur au dessin.

Anvers mai 1957.

J’ai reçu un diplôme en tant que remerciement pour ma participation au concours de dessin, organisé par l’œuvre pour les aveugles d’Anvers, avec le slogan : « la semaine de l’aveugle ».

Ma première grande réalisation a été la représentation de 4 grandes foreuses dans ‘atelier de la Bell-Téléphone. J’avais alors 15 ans.

J’avais acheté une toile et de la peinture à l’huile au Grand-Bazar.

J’ai peint cette toile au grenier.

Autour de mes 18 ans j’ai fait la connaissance de Walter Groener du Fakkeltheater et pas mal de jeunes. Entretemps je disposais d’un atelier au grenier. Quelques photos montrent ma chambre, mais on y voit aussi quelques œuvres de l’époque.

Hugo Ansems

J’ai pu exposer à la Hessenhuis ensemble avec Marcel Cockx de Louvain et Werner Van Bouwhorst.

Le bourgmestre Lode Craeybeckx, bourgmestre d’Anvers est venu inaugurer l’exposition en personne.

Hugo Ansems

En 1963 je rencontre Kari Bert d’Ostende, qui m’invite à exposer ensemble avec lui à Ostende.
Il en est né une très longue correspondance.

Hugo Ansems

En 1964, j’ai servi mon pays d’abord à Euschkirchen et puis encore 6 mois au Luchtbal à Anvers.
Je dessinais dans le journal de la Compagnie.

Je dessinais les vieux bâtiments de la ville d’Anvers.
J’ai encore les dessins à l’encre de Chine de l’hôtel de ville, du Oostershuis et du Blauwtoren.

Hugo Ansems

Hugo Ansems

Comme entretemps je disposais d’une machine à écrire, j’écrivais des textes de promenades et des petites histoires et des poèmes, illustrés de dessins.

A mes 25 ans je me suis marié et nous sommes partis habiter à Niel.

Pendant plusieurs dizaines d’années j’ai dessiné les endroits pittoresques de la ville et de mes vacances.

J’ai aussi commencé à réaliser des cartes de Nouvel An, dans un style plus naïf.

Hugo Ansems

La disparition progressive de la culture belge de la frite, notamment les friteries, m’a donné l’idée de laisser la frite se développer selon la fantaisie de mon esprit.
J’ai pu exposer mes peintures ensemble avec ma petite fille Elena, au musée de la frite.

Hugo Ansems

Hugo Ansems

Dessiner c’est pour moi un long voyage à travers monts et vaux, mers et ciels bleus, jour et nuit et cela me fait du bien.

Nicole Gijsels

Madame Nicole Gijsels est frituriste à Berendrecht, mais elle est aussi peintre des différentes facettes de son métier.

Voici quelques unes de ces toiles :

Gijsels Nicole

Gijsels Nicole

Gijsels Nicole

Gijsels Nicole

Nous en avons plusieurs dans le musée de la frite.

Eric Legrain

Né à Namur en 1963, Eric Legrain a fait ses étude à l'Académie Royale des Beaux Arts de Liège. Il vit et travaille à Beho.

Nous avons particulièrement apprécié sa façon de peindre les friteries.

Son style nous a séduit et nous avons maintenant dans la collection du musée une grande peinture sur une carte routière de la Belgique avec mention FRITÜURE.
Une sympathique combinaison de FRITUUR (NL), FRITURE (FR) et FRITÜR (DE).

Eric Legrain

Eric Legrain

Gilles Houben

Gilles Houben peint les friteries de la Belgique depuis près de 40 ans.

Nous avons pu acquérir pour notre musée, une peinture à l'huile des 2 fritkots typiques de Bruges.

Gilles Houben

Gilles Houben